Les certifications en anglais : un incontournable des études supérieures

8 novembre 2021
En raison de son poids dans les échanges socio-économiques, la maîtrise de l’anglais est devenue une compétence indispensable à la plupart des secteurs professionnels. C’est pourquoi faire certifier son niveau d’anglais fait désormais partie du parcours de tout (futur) étudiant, quelle que soit sa filière ou son projet.

La certification en anglais : pourquoi vous ne pourrez pas y échapper…

Les certifications se sont imposées dans le paysage scolaire et chaque lycéen ou étudiant est amené, tôt ou tard, à s’y confronter. Elles sont en effet :

  • Un moyen de valoriser son dossier d’admission dans le supérieur

Depuis la généralisation de la procédure Parcoursup, le dossier scolaire est étudié par toutes les formations postbac  auxquelles candidatent les élèves de terminale, qu’elles soient sélectives ou non. Lorsqu’un bon niveau en anglais figure spécifiquement parmi les attendus d’une formation, pouvoir en attester dans son dossier représente un avantage certain et viendra faciliter l’admission.

  • Un impératif pour étudier à l’étranger

Les élèves de terminale ou les étudiants souhaitant suivre un cursus proposé dans un pays anglophone, dans le cadre d’un échange universitaire ou du programme Erasmus notamment, doivent justifier d’un niveau suffisant dans la langue d’enseignement de l’établissement d’accueil.

  • Une obligation nouvelle dans tous les diplômes de premier cycle

Suite à un arrêté du 3 avril 2020, tous les étudiants inscrits en licence, licence professionnelle, BUT doivent passer une certification en langue anglaise. Cette mesure s’appliquera à toutes les spécialités de BTS à compter de la rentrée 2022. La passation de cette certification est essentielle puisqu’elle conditionne l’obtention du diplôme préparé.

Les établissements du supérieur sont libres de choisir la certification de leur choix, dès lors qu’elle fait « l’objet d’une évaluation externe » et est « reconnue au niveau international et par le monde socio-économique »

Certifier son niveau en anglais : quel test choisir et comment s’y préparer ?

Si vous souhaitez passer une certification et que vous lancez une recherche sur Internet pour connaître celles qui existent, vous obtiendrez une foule de réponses :  : TOEIC, TOEFL, Cambridge, Linguaskills, LanguageCert… Pour s’y retrouver, il faut procéder par étapes :

  • Connaître votre besoin et fixer votre objectif

Certaines certifications permettent d’attester un niveau dans tout ou partie des 4 compétences susceptibles d’être évaluées : compréhension orale, compréhension écrite, expression orale, expression écrite. Par ailleurs, la plupart des certifications ne sont pas des examens que l’on réussit ou auxquels on échoue : elles permettent de situer votre niveau de maîtrise de l’anglais sur une échelle allant de débutant (A1 sur l’échelon international du classement CECRL) à expérimenté (C2 sur ce même cadre de référence).

La première chose à faire est donc de déterminer le niveau d’anglais dont vous avez besoin. Dans la plupart des cas, les universités internationales comme françaises demandent un niveau B2, soit celui qui est censé être atteint en fin de terminale. Il s’agit d’un « anglais intermédiaire fluide », qui permet de comprendre et de se faire comprendre dans la plupart des situations. Dans le milieu professionnel, si on souhaite valoriser sa candidature grâce à ses compétences en anglais, il s’agit du niveau minimum à faire valoir dans son CV.

Dans les deux cas (études ou professionnel), l’idéal est d’attester ce niveau B2 dans les 4 compétences mentionnées plus haut, mais ce n’est pas une obligation. Cela dépendra de l’usage que vous devrez faire de votre anglais : répondre au téléphone ? faire des présentations orales ? rédiger des dissertations ? répondre à des mails ?  Selon vos besoins, il se peut qu’un test n’évaluant que 2 compétences soit suffisant.

  • Identifier les différentes certifications et bien s’y préparer

Les établissements de l’enseignement supérieur indiquent généralement, outre le niveau, le test qu’elles exigent dans le cadre de leur programme.  Vous n’aurez donc probablement pas à le choisir.

Le TOEIC (Test of English for International Communication) est le test le plus répandu en France.  Il évalue les capacités de compréhension orale et écrite dans des situations professionnelles et quotidiennes. Certaines universités demandent toutefois le TOEFL (Test of English as a Foreign Language). Plus académique, il évalue l’anglais tel qu’on le pratique dans l’enseignement secondaire et supérieur ; il sera nécessaire si vous devez rédiger des mémoires, des présentations et lire un large éventail d’articles ou de livres.

Dans un contexte commercial, Linguaskills, est une autre certification très largement utilisée : il s’agit d’un test relativement court et facilement accessible pour confirmer un niveau d’anglais actuel. La réservation d’un test Linguaskills est rapide, avec peu de délai.  Il n’y a pas de dates d’examen fixes, contrairement au TOEIC ou au TOEFL.

Alors que les tests précédemment cités ont une validité de deux ans, les examens Cambridge sont valables à vie. Autre particularité, chacun des examens proposés par Cambridge English vise la validation d’un niveau d’anglais précis (A2, B1, B2, C1 ou C2) et un nombre de points minimum est requis pour le réussir. Pour choisir le test le plus adapté et le passer avec succès, il est donc indispensable de connaître ou d’évaluer préalablement son niveau en anglais.

  • Se familiariser avec le format du test et s’y préparer

Chaque test a son organisation spécifique : pour la compréhension orale, certains vous demanderont d’écouter un fichier audio deux fois sans faire de pause, d’autres le découpent en petites sections ; les exercices d’expression écrite requièrent un nombre de mots variable ; les examinateurs de l’oral ont des attentes différentes en fonction de l’orientation (académique ou professionnelle) du test ; enfin, certains se font sur papier et d’autres sur ordinateur (de plus, le TOEFL utilise un clavier QWERTY).

Il est donc indispensable de se préparer un minimum en amont pour se familiariser avec les particularités du test et adopter la bonne méthode le jour J. Pour cela, recherchez les annales d’épreuves disponibles en ligne ou consultez des ouvrages proposant des examens blancs.  Étudiez chaque section en détail et essayez de mémoriser les différents types de questions, ou encore regardez des vidéos Youtube montrant la disposition des questions et des réponses. Et pour une préparation optimale, vous pouvez faire appel à un organisme spécialisé ou à un professeur particulier.

Now let’s go !  Time for some English

L'auteur
Laëtitia Leroy est responsable du service pédagogie Acadomia . Elle conçoit et supervise les solutions d’accompagnement proposées à nos élèves pour la réussite de leur scolarité dans le secondaire, dans le champ disciplinaire comme dans le cadre parascolaire (méthodologie et stratégies d’apprentissages, développement personnel…).
Laisser un commentaire
Commentaires
*
*

L'auteur
Laëtitia Leroy est responsable du service pédagogie Acadomia . Elle conçoit et supervise les solutions d’accompagnement proposées à nos élèves pour la réussite de leur scolarité dans le secondaire, dans le champ disciplinaire comme dans le cadre parascolaire (méthodologie et stratégies d’apprentissages, développement personnel…).

Tags

Articles