Et si les vacances étaient aussi le temps de lire… juste pour le plaisir !

Article mis à jour le 4 février 2021
L’enfant qui ne parvient pas à éprouver de plaisir à lire peut être un enfant en difficulté d’apprentissage.

Ne pas confondre l’enfant qui ne veut pas lire et celui qui ne peut pas lire

L’enfant qui ne parvient pas à éprouver de plaisir à lire peut être un enfant en difficulté d’apprentissage.

Plusieurs facteurs peuvent en être la cause. D’abord, il est essentiel de vérifier son acuité visuel via un ophtalmo et /ou un orthoptiste. Un trouble visuel ou neurovisuel peut entraîner une grande fatigue chez l’enfant qui va alors éviter toutes confrontation à la lecture. Ensuite il est important de questionner la présence d’un éventuel trouble d’apprentissage qui entraîne un désinvestissement de la lecture (dyslexie, dyspraxie,…) Dans ce cas, l’enfant s’épuise à déchiffrer des signes et l’effort engagé pour lire anéantit tout plaisir à le faire.

Et si tout va bien, …

– Comme vous le savez, l’enfant apprend énormément par imitation. Montrez-lui que les livres, les journaux sont une source de plaisir pour vous, qu’ils font partie de votre vie. A l’heure d’internet, et des tablettes numériques, les livres sont bien souvent en retrait dans nos maisons. Leur redonner une place dans votre salon permettra à votre enfant de les apprivoiser et de construire avec eux un lien privilégié.

– Lorsque, bébé, vous lui lisiez des histoires, vous lui faisiez déjà entrevoir le plaisir d’être connecté à d’autres horizons. C’est par ce plaisir d’être ensemble et de partager que l’envie de lire pourra être retrouvé.

Comme toute découverte et apprentissage, ce qui est plus essentiel est le contexte de l’apprentissage plus que son contenu. Le plaisir de partager et de construire ensemble un savoir est primordial :

Lire le même livre que lui pour pouvoir le partager n’est pas forcement nécessaire mais prendre le temps avec lui d’en parler, d’être vous aussi embarquer dans l’intrique ou la jubilation de la découverte, le suspens,… est primordial.

Partager l’émotion est essentiel pour que l’émotion soit constructive.

La lecture est une activité socialement très adaptée et pourtant elle peut également constituée un refuge voir une réelle addiction pour certain enfant. L’anxiété et le stress peuvent en effet amener l’enfant à se réfugier dans certaines activités obsessionnelles : un enfant qui lit tout le temps et aussi un enfant qui a besoin d’aide.

L’addiction peut être vu comme une réduction du champ des plaisirs à une seule activité. La première question à penser avec l’enfant est donc de savoir si il éprouve d’autre plaisir, si d’autres activités l’emballent et le rend heureux.

L’essentiel c’est l’équilibre.

Si l’enfant prend vraiment du plaisir à être en activité (plage, randonnées, sport, copains) et à jouer alors il utilise la lecture comme une activité de plaisir supplémentaire, justement dosée pour son épanouissement.

Si l’enfant « exécute » le reste de sa journée avec comme seul objectif de plaisir de retourner à son livre, alors il s’agit de réfléchir avec lui à ce qu’il cherche à éviter, à fuir… L’addiction est le signe d’une insécurité chez l’enfant qu’il faut comprendre pour l’aider à ré explorer les autres sources de plaisir que la vie lui propose.

Laisser un commentaire
Commentaires
*
*

Tags

Articles