École à distance : comment préserver la motivation ?

Article mis à jour le 25 mai 2021 - 1 Commentaire(s)
La crise sanitaire a modifié nos habitudes de vie et celles de nos enfants.

La crise sanitaire a modifié nos habitudes de vie et celles de nos enfants. L’école à distance est passée d’un mode de formation « alternatif » à une réalité parfois quotidienne pour les élèves qui, en bouleversant leurs habitudes et , a parfois pu mettre à mal leur implication scolaire.
Or, la réussite scolaire repose largement sur la motivation : c’est elle qui permet de nous mettre en mouvement et d’atteindre nos objectifs. Selon les psychologues Edward Deci et Richard Ryan, maintenir une bonne motivation demande de satisfaire trois besoins fondamentaux : l’autonomie, le sentiment de compétence et le sentiment d’appartenance à un groupe. Si, durant une année scolaire « classique », il n’est pas toujours aisé d’y parvenir, l’enseignement à distance demande également quelques efforts d’adaptation.

Rassurez votre enfant :

prenez en compte ses inquiétudes et ses doutes afin de maintenir au besoin son sentiment de compétence, d’éviter une perte de confiance et le développement de pensées négatives. Félicitez-le plus que d’ordinaire pour ses efforts (même s’ils vous semblent quelque peu timides), pour ses progrès scolaires (même si les notes ne sont pas encore excellentes), appuyez l’intérêt que vous portez à ses activités scolaires mais aussi à sa personne (centres d’intérêts, projets personnels et professionnels…). Bref, multipliez les occasions d’aider votre enfant à (re)donner du sens à sa scolarité, à créer du lien entre ses centres d’intérêt et sa scolarité et ainsi développer sa motivation intrinsèque (celle qui vient de lui et non de récompenses ou d’injonctions extérieures).

Vérifiez que votre enfant est suffisamment autonome face aux outils numériques :

s’il ne se sent pas suffisamment formé aux nouvelles technologies, cela peut créer de l’anxiété. Il est donc nécessaire de renforcer le sentiment de compétence technologique en vous assurant qu’il est au point sur l’utilisation des outils numériques mis à sa disposition (traitement de texte, enregistrer/télécharger des documents…). De plus, les problèmes techniques résultant de l’équipement informatique et des conditions de connexion de chacun au réseau occasionnent d’importantes pertes de temps, ce qui peut aussi générer de la frustration ou tout autre sentiment négatif. Par conséquent, n’hésitez pas à l’accompagner lors des premiers cours.

Élaborez un planning varié et flexible : 

Pour éviter une mauvaise estimation de la charge de travail (trop ou pas assez) et favoriser l’autonomie, élaborez un planning flexible avec des créneaux de travail mais aussi des temps libres dédiés à diverses activités extrascolaires (sport, balades…). En effet, à distance, il est indispensable de prévoir des moments pour bouger, s’oxygéner mais c’est aussi le moment de se fixer des objectifs sortant de l’ordinaire, afin de casser une routine qui pourrait vite devenir un peu morne. Les objectifs scolaires ou autres doivent être définis de manière claire et précise : ils doivent être mesurables pour prendre conscience des progrès effectués, réalistes pour maintenir l’engagement et ne pas se décourager et atteignables dans une durée de temps suffisamment limitée. L’implication de votre enfant dans la mise en place de ses objectifs est l’un des leviers de la motivation car il permet de le mettre au centre du processus de décision. N’hésitez pas en cas de démotivation à lui rappeler les objectifs qu’il se sera fixés. Enfin, favorisez l’apprentissage par le jeu, qui permet d’apprendre sans avoir l’impression de travailler. De plus, atteindre un but et recevoir une récompense par le biais du jeu permet de développer le sentiment de contrôle et de compétence, sans pour autant que cette récompense soit excessive.

Maintenez le contact avec l’enseignant et les autres élèves : 

L’éloignement des enseignants et des camarades peut nuire fortement au sentiment d’appartenance, particulièrement important à l’adolescence. De plus, Le langage écrit différé remplaçant la communication orale directe est une perturbation si votre enfant n’est pas à l’aise pour formuler ses idées par écrit. L‘attente avant la réponse est aussi une source d’anxiété. Pour lutter contre cet éloignement du groupe social et l’anxiété provoqués par l’enseignement à distance, encouragez votre enfant à prendre contact avec son enseignant – pour avoir une réponse ou même un simple accusé de réception – mais aussi à rester en contact avec ses camarades via les espaces de discussion disponibles (forum, chat, discord …) : ne voyez pas d’un (si) mauvais œil interminables conversations virtuelles qu’il peut tenir avec ses pairs, elles lui sont indispensables !

L'auteur
Il œuvre comme coach scolaire au sein d’Acadomia. Il accompagne des collégiens, lycéens et étudiants dans leur scolarité en les aidant à forger les outils motivationnels, organisationnels et méthodologiques nécessaires à leur réussite.
Laisser un commentaire
Commentaires
*
*

1 Commentaire(s)
  • Moidu83400 Le 8 juillet 2021

    Très bon article sur un sujet anguleux.

L'auteur
Il œuvre comme coach scolaire au sein d’Acadomia. Il accompagne des collégiens, lycéens et étudiants dans leur scolarité en les aidant à forger les outils motivationnels, organisationnels et méthodologiques nécessaires à leur réussite.

Tags

Articles