Comment bien gérer la transition du collège au lycée ?

Article mis à jour le 8 septembre 2020
En raison de l’épidémie et des mesures sanitaires prises en conséquence, les élèves de troisième n’ont pas vu leur dernière année de collège se conclure par la passation du brevet...

En raison de l’épidémie et des mesures sanitaires prises en conséquence, les élèves de troisième n’ont pas vu leur dernière année de collège se conclure par la passation du brevet, qui aurait dû être le premier examen de leur scolarité. Si l’obtention de ce diplôme ne conditionne de toute façon pas le passage en seconde, réviser pour le brevet permet normalement aux élèves de se remettre en tête des connaissances utiles pour la seconde, dont les programmes s’inscrivent dans la continuité de ceux du collège. Ces révisions sont d’autant plus utiles que la seconde est une année délicate où les résultats peuvent baisser de façon significative, ce qui en fait la classe la plus souvent redoublée. Comment, après une année scolaire 2019-2020 fortement bousculée et tronquée, bien vivre le passage du collège au lycée ?

Renforcer son organisation et son autonomie.

Beaucoup d’élèves, face aux exigences nouvelles du lycée, conservent des habitudes de travail désormais inadaptées. Or, réussir cette première étape vers le baccalauréat demande des ajustements méthodologiques.

Ces ajustements concernent tout d’abord l’organisation du travail : en seconde de nouvelles matières font leur apparition (les sciences économiques et sociales et les sciences numériques et technologie) et le programme est plus lourd dans les matières déjà connues. Pour y faire face, conseillez à votre ado de concevoir un planning dès le début de l’année, notamment pour rendre visibles les plages horaires durant lesquelles il pourra – et devra – travailler. En effet, au lycée, les professeurs ne lui répéteront plus d’apprendre ses cours et ne vérifieront pas forcément que cela est fait : il faut donc être plus autonome dans son travail personnel.

Une autre excellente habitude de travail consiste à revoir chaque soir les cours de la journée : cela permet de les mémoriser beaucoup plus facilement (une information nouvelle étant très rapidement oubliée, les répétitions initiales permettent de l’ancrer durablement en mémoire, ce qui limitera la durée des révisions), mais aussi de mieux suivre le déroulement du cours suivant.

En classe, il faut apprendre à bien prendre des notes, pour gagner du temps car les enseignants vont plus vite ; or, bien prendre des notes n’est pas si simple : c’est une démarche qui suppose une écoute active, afin de dégager les idées principales d’un cours et d’en traiter les informations. Un renforcement méthodologique (avec des cours adaptés, par exemple), pourra permettre de gagner en efficacité et en compréhension.

Approfondir ses apprentissages

Au lycée, il ne suffit plus de connaître le cours : il faut aussi et surtout être capable de le mettre en pratique. En mathématiques, cela passe par la réalisation d’un plus grand nombre d’exercices, pris dans le manuel ou dans un ouvrage parascolaire. En français, avec les nouveaux exercices du commentaire et de la dissertation, il faut apprendre à argumenter, à faire un plan, à rédiger clairement. Ces compétences seront utiles en histoire-géo et en SES, où la réussite passe également par la maîtrise d’exercices écrits plus exigeants.

Les programmes étant donc plus chargés dans l’ensemble des matières, il est conseillé non seulement de revoir ses cours régulièrement, mais aussi de faire des fiches : pas forcément des résumés de cours, mais aussi des schémas, des cartes mentales ; cela permet de faire des liens entre les différentes notions et de s’approprier véritablement le contenu du cours et de prendre de la hauteur par rapport au programme.

Réfléchir à son orientation

Dès le deuxième trimestre, les élèves souhaitant s’orienter vers la voie générale devront formuler leurs vœux d’orientation provisoires et choisir, pour l’année de première, quatre spécialités parmi celles proposées dans leur établissement.  Ces quatre choix seront ensuite ramenés à trois – et entérinés par le conseil de classe – en fonction des résultats obtenus par l’élève et de l’évolution de ses goûts et de son projet.  Ce projet peut d’ailleurs nécessiter de choisir une spécialité non proposée par l’établissement fréquenté, voire rare : c’est une éventualité qui doit être suffisamment anticipée.

Pour faire un choix éclairé, il est conseillé de se renseigner en amont sur l’ensemble des spécialités possibles : le but est de chercher à savoir ce que l’on apprend et ce que l’on fait vraiment dans chacun de ces enseignements et bien sûr de se renseigner sur les débouchés de ces spécialités, c’est-à-dire sur les formations supérieures auxquelles elles peuvent, ou non, donner accès.  La prise en compte des débouchés des combinaisons de spécialités possibles est essentielle et cela suppose donc d’avoir suffisamment réfléchi à son projet d’études : cela demande du temps, et c’est donc une démarche qu’il faut engager dès le début de la classe de seconde.

Le choix des spécialités se fondera aussi sur les résultats obtenus dans l’année : or, il est courant de voir ses notes baisser assez nettement au début du lycée, l’adaptation aux nouvelles exigences n’étant pas toujours facile.  Si certaines matières commencent à poser problème, on veillera à ce que l’élève ne baisse pas les bras et renforce au contraire son travail, ou réfléchisse à ce qu’il peut changer dans sa façon de travailler. Avoir de mauvaises notes en maths, en physique ou en français en début de seconde n’est pas une fatalité : il sera encore largement temps pour  l’élève de progresser afin de pouvoir s’orienter en fin d’année dans la direction qu’il se sera choisie !

L'auteur
Laëtitia Leroy est coordinatrice pédagogique chez Acadomia. Chargée de veille dans le domaine de l’actualité éducative (enquêtes et études, réformes, nouvelles méthodes et technologies de l’enseignement) elle élabore des outils et des ressources pour accompagner et développer l’ensemble de l’offre pédagogique.
Avez-vous apprécié cet article ?
Please wait...
Merci de noter l'article afin de nous permettre d'améliorer le blog
Laisser un commentaire
Commentaires
*
*

L'auteur
Laëtitia Leroy est coordinatrice pédagogique chez Acadomia. Chargée de veille dans le domaine de l’actualité éducative (enquêtes et études, réformes, nouvelles méthodes et technologies de l’enseignement) elle élabore des outils et des ressources pour accompagner et développer l’ensemble de l’offre pédagogique.

Tags

Articles