Comment bien choisir les activités extrascolaires de son enfant ?

17 septembre 2021
C’est la rentrée et, avec elle, la course habituelle pour acheter les fournitures scolaires de son enfant, renouveler sa garde-robe, trouver les dernières baskets à la mode, le cartable de ses rêves et… l’inscrire aux activités extrascolaires de l’année à venir.  

En ce qui concerne ce dernier point, la multitude des possibilités a de quoi donner le vertige et transformer ce choix en véritable casse-tête. Toute activité extrascolaire peut être l’occasion de s’amuser et de se défouler, d’enrichir sa personnalité, de développer ses connaissances et ses compétences. Mais si certains adultes se rappellent avec ravissement leurs cours de piano ou de tennis, qui ont suscité en eux des joies mémorables ou des intérêts durables, d’autres n’en gardent que le souvenir d’une pénible corvée où il fallait se traîner chaque semaine…

Comment donc aider votre enfant à choisir la « bonne » activité extrascolaire, celle qu’il pratiquera durablement avec plaisir et qui lui apportera le plus de bienfaits ?

Permettre le choix

S’inscrire à une activité est un engagement sur l’année auquel votre enfant devra se tenir : permettre à votre enfant d’en faire le choix est important, car il peut ainsi appréhender les notions de responsabilité et d’engagement. Et bien sûr, si l’enfant prend plaisir à pratiquer cette activité chaque semaine, il s’y tiendra plus facilement. Bien entendu, vous pouvez l’aider dans ce choix en tenant compte de sa personnalité, de son âge et des compétences que lui et vous souhaitez qu’il développe ou renforce.

Développer la coordination motrice

Certaines activités comme la natation, l’éveil corporel, le judo, le yoga ou la danse peuvent être proposées aux très jeunes enfants (entre 3 et 6 ans). Ces activités aident à développer la coordination motrice, le positionnement du corps dans l’espace mais aussi le rapport à l’autre. Elles permettront aux plus remuants de se canaliser et aux plus timides de prendre confiance en eux.

Développer les compétences sociales

Il est souvent intéressant de proposer une activité de groupe afin de favoriser la construction des compétences sociales. L’offre en la matière est vaste : outre les traditionnels sports collectifs comme le foot ou le basket, qui développent esprit d’équipe et sens de la stratégie, on peut aussi penser au théâtre (accessible dès 4 ans), qui permettra aux plus introvertis de sortir de leur coquille. Pour les plus grands, un engagement dans une association est à envisager. Les petits mélomanes pourront s’inscrire dans un orchestre afin de se perfectionner dans la maîtrise de leur instrument tout en travaillant l’harmonie au sein d’un groupe.

Développer les compétences artistiques et langagières

Les activités extrascolaires sont aussi l’occasion d’éveiller les enfants à la culture, aux pratiques artistiques ou encore aux langues étrangères : l’apprentissage de l’anglais, on le sait, est beaucoup plus facile si on le commence très tôt et si on en fait un jeu, autour d’activités et de centres d’intérêt adaptés. Initier son enfant à l’art, à la peinture, au dessin ou même à l’écriture permet de nourrir sa créativité, de développer sa flexibilité mentale (c’est-à-dire la capacité de passer d’une tâche à une autre, d’envisager les choses sous plusieurs angles) et aussi de s’ouvrir à d’autres cultures. De quoi enrichir durablement sa personnalité !

Développer la concentration et les compétences intellectuelles

Certains enfants préfèrent les activités individuelles, aiment l’idée de se dépasser ou se sentent à l’aise dans tout ce qui requiert concentration et précision… Il est alors possible de leur proposer des sports comme l’athlétisme, le tennis, l’escrime ou encore l’apprentissage d’un instrument de musique. Ils pourront y développer leurs talents, exprimer leur personnalité et stimuler leurs capacités intellectuelles. Les échecs enfin sont parfaits pour développer le raisonnement, la mémoire et améliorer les capacités de résolution de problèmes, même chez les plus jeunes : des initiations sont possibles dès 4 ans.

Tester et ne pas surcharger

Certains enfants s’engagent avec passion dans une activité durant des années, d’autres ont besoin de « papillonner » de l’une à l’autre pour ne pas s’ennuyer. Quelle que soit sa personnalité, mieux vaut laisser à votre enfant la possibilité de tester les activités qui lui font envie, et ne pas s’inquiéter s’il souhaite en changer chaque année. Les activités extrascolaires doivent bien sûr représenter un engagement et un investissement pour l’enfant, mais sans jamais devenir une contrainte. Et pour qu’activité extrascolaire ne rime jamais avec calvaire, veillez à ne pas surcharger son emploi du temps (et le vôtre) : mieux vaut ne pas mettre en place plus de deux activités hebdomadaires, afin de lui laisser du temps pour… ne rien faire, rêver, et même (car cela a aussi ses vertus) s’ennuyer !

L'auteur
Aurélie Poulin travaille au sein du département pédagogie d’Acadomia. Experte en psychologie et neurosciences, elle participe à la conception des solutions d’accompagnement proposées à nos élèves pour la réussite de leur scolarité dans le cadre parascolaire.
Laisser un commentaire
Commentaires
*
*

L'auteur
Aurélie Poulin travaille au sein du département pédagogie d’Acadomia. Experte en psychologie et neurosciences, elle participe à la conception des solutions d’accompagnement proposées à nos élèves pour la réussite de leur scolarité dans le cadre parascolaire.

Tags

Articles