Comment accompagner votre enfant dyslexique ?

2 juin 2022
La dyslexie peut faire peur. D’autant plus lorsque ce trouble de l’apprentissage concerne son propre enfant. S’il ne peut pas guérir de sa dyslexie, votre enfant peut apprendre à vivre avec, grâce à vous, au quotidien. Nos conseils pour mieux vivre avec la dyslexie.

Dyslexie : de quoi parle-t-on ? 

Difficultés importantes dans l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et dans l’assimilation de l’orthographe sont des éléments pouvant indiquer une dyslexie vers 5-6 ans. Le diagnostic doit être posé par un spécialiste (orthophoniste) : la dyslexie est une pathologie d’origine neurologique qui, dans certains cas très extrêmes, peut être reconnue comme un handicap. En effet, les zones du cerveau permettant de percevoir et d’analyser les sons fonctionnent moins rapidement. On estime que 5 à 8% des enfants d’âge scolaire sont dyslexiques. Ce trouble de l’apprentissage touche davantage les garçons que les filles. 

Plus le diagnostic est établi tôt, mieux la prise en charge de la dyslexie est réalisée de façon efficace. À l’heure actuelle, on ne sait pas guérir de la dyslexie. On peut apprendre à vivre avec, et des tas d’outils ou d’habitudes le permettent. 

Activités et dyslexie 

Dans une société où l’écrit est partout, l’enfant dyslexique peut très vite se sentir en situation d’échec. Aussi est-il important de trouver des points d’appui pour le valoriser. Et ces éléments sont nombreux !  

Soyez persuadé d’une chose : votre enfant est intelligent. Si vous en êtes convaincu, il le sera aussi. Si vous doutez, en revanche, votre enfant le percevra, et son estime de soi – fragilisée par ses difficultés – sera affectée. Quel point commun ont Albert Einstein, Steven Spielberg et Agatha Christie ? La dyslexie ! Cela ne les a pas empêchés de faire de grandes choses dans leur vie. 

Certaines activités périscolaires favorisent le développement des enfants dyslexiques : une pratique musicale, théâtrale ou sportive leur permet de s’exprimer, de se dépenser, d’être en situation de réussite autrement que par le passage de l’écrit. Également, tous les jeux qui permettent à votre enfant de faire des associations ou de la discrimination visuelle ou logique, de s’entraîner à associer ou dissocier les lettres. Ainsi, les jeux de memory, de différences, d’association (un fruit à son arbre, une ombre à son objet, etc.) sont des façons de faire travailler et de renforcer des connexions neuronales indispensables à la lecture et à la compréhension. 

Lecture et dyslexie 

La lecture est le gros point noir des enfants dyslexiques. Votre rôle est dès lors primordial pour que lecture rime avec plaisir. Voici quelques conseils : 

  • Montrez à votre enfant que la lecture est un vrai divertissement : un enfant qui voit son parent lire volontiers prendra plus facilement un livre.  
  • Même s’il est à l’école primaire, continuez de lire des histoires à voix haute à votre enfant : voilà un moment cocooning privilégié qui peut facilement s’installer dans le cadre d’un rituel au moment du coucher. 
  • Vous pouvez aussi choisir d’alterner les moments de lecture : vous, la page de gauche, et lui, la page de droite, par exemple. 
  • Choisissez des ouvrages sur des thèmes que votre enfant apprécie. Certaines collections sont adaptées aux enfants dyslexiques en changeant les couleurs syllabe par syllabe, par exemple. 
  • Beaucoup de livres, y compris les revues proposées par des abonnements permettent d’avoir accès à un format audio. Écouter une histoire de cette façon permet à votre enfant de suivre le récit en le suivant du doigt ou avec une réglette. 
  • Cuisinez avec votre enfant en lui demandant de vous lire la recette : ce côté pratique et ludique peut lui faire oublier ses difficultés. 
  • Si vous êtes féru de jeux de lettres, pourquoi ne pas jouer de temps en temps au pendu, au Boggle, au Scrabble avec votre enfant ?  
  • Si vous aimez chanter, un karaoké de temps en temps est un bon moyen (amusant) de lire sans forcément s’en rendre compte ! 

Devoirs et dyslexie 

Votre enfant doit fournir un effort supplémentaire quand il s’agit de comprendre un écrit. En effet, il consacre une bonne partie de son énergie au déchiffrage. Résultat, lire et comprendre en même temps est compliqué. C’est bien là le cœur du problème pour les enfants dyslexiques : ils sont en surcharge cognitive dès qu’ils sont confrontés à un écrit.  

Votre enfant a donc besoin de se sentir soutenu et bien accompagné lorsqu’il fait ses devoirs. Mais attention à ne pas faire les choses à sa place… Vous devez faire preuve de beaucoup de patience, l’encourager et le féliciter pour ses petites victoires. Alors, que faire ? 

  • Lire en alternance les textes et consignes avec votre enfant et lui demander de résumer ou de reformuler à l’oral pour vérifier s’il a compris ou non. 
  • Lui expliquer les mots non compris. 
  • Utiliser des couleurs ou surligner les mots importants dans les consignes. 
  • Lui laisser le temps nécessaire pour faire son travail, sans le presser – ni le stresser. 
  • Éviter tout ce qui pourrait distraire votre enfant : exit les écrans et autres bruits parasites. 

Et, si l’école de votre enfant est coopérative – il vous faudra parfois insister -, les documents sur lesquels votre enfant doit travailler seront adaptés (plus aérés avec un interligne 1,5 ; taille de police 14 ; police adaptée – Arial, Opendys, etc.). D’ailleurs, n’hésitez pas à communiquer le bilan orthophoniste de votre enfant à son école afin qu’un dispositif d’aide spécifique soit mis en place (PPRE ou PAP, selon les cas – plus d’informations ici). Le spécialiste émet des recommandations que l’école et les enseignants sont invités à suivre à travers, notamment, des aménagements spécifiques, y compris pendant les examens. 

Laisser un commentaire
Commentaires
*
*

Tags

Articles