Apprendre à bien s’organiser pour bien travailler

Article mis à jour le 30 juin 2021
Mais alors comment aider nos jeunes à développer cette capacité à s’organiser ?

Le quotidien de nos enfants, à l’image du nôtre, est surchargé en informations. Des informations liées à leur scolarité bien sûr (devoirs à rendre, leçons à apprendre, matériel à apporter), mais aussi à leur vie sociale (activités de loisirs, réseaux sociaux, relations entre pairs) et familiale. Si gérer la charge mentale générée par la somme d’informations que nous devons traiter chaque jour est déjà un défi pour nous en tant qu’adulte, cela peut vite devenir un véritable casse-tête pour nos adolescents et leur cerveau en pleine maturation !

A l’instar de la créativité ou de la coopération, la capacité d’organisation est un soft-skill devenu incontournable dans un monde de plus en plus digitalisé où l’arrivée d’informations nouvelles via nos smartphones ne cesse jamais. Pour nos adolescents, être organisé dans leur vie de tous les jours c’est être capable de maitriser à la fois leur quotidien scolaire et familial tout en gérant les fréquentes interruptions dues à leur vie sociale et leurs pensées intérieures. Ainsi, être capable de s’organiser c’est aussi pouvoir prendre du recul, structurer sa pensée afin de ne pas être débordé par le quotidien et pouvoir se concentrer sur l’essentiel : réussir sa scolarité !
Mais alors comment aider nos jeunes à développer cette capacité à s’organiser ?

Tout d’abord, nous pouvons distinguer plusieurs types d’organisation : l’organisation spatiale et matérielle, qui relève de la façon dont nous gérons notre espace et notre matériel de travail, et l’organisation temporelle, qui nous permet d’attribuer le temps à accorder à chaque tâche que nous devons accomplir.

Organiser son espace de travail

Nous avons tous en tête des exemples de chambres d’adolescent dans lesquels l’espace de travail disparait sous des montagnes de documents, livres, objets en tous genres transformant par là- même la simple réalisation d’un exercice en véritable chasse aux trésors pour retrouver le matériel nécessaire à sa réalisation. Le manque d’organisation spatiale et matérielle peut vite rendre les devoirs chronophages, ouvrant une porte à la procrastination voire la démotivation ! En effet, comment se motiver pour ses devoirs si ces derniers nécessitent au préalable un temps conséquent à allouer au rangement ou à la recherche de matériel ?

C’est pourquoi il est primordial d’aider les adolescents à adopter de bonnes habitudes de rangement. Garder un espace dédié au travail dégagé, où chaque chose a une place dédiée et si possible avec peu de sources de distraction afin de favoriser la concentration : couper les notifications du téléphone pendant le temps des devoirs est une résolution parfois difficile pour les ados, mais qui peut éviter bien des tentations et permettre de travailler plus efficacement et plus vite. Vous pouvez également mettre en place avec eux une routine de rangement : par exemple chaque dimanche, avec les plus jeunes, on vide le cartable et on fait le point sur les documents à archiver, ranger, jeter et à remettre dans le sac. Cela permet également de faire le point sur l’état du matériel et d’anticiper ce qui doit ou devra être remplacé.

Organiser son temps

De la même façon, il est important d’apprendre à nos adolescents à organiser et gérer leur temps. Savoir s’organiser dans le temps permet à la fois d’entretenir sa motivation, en gardant un œil sur ses objectifs, mais aussi d’éviter une fatigue et un stress inutiles : anticiper les échéances à venir évite de se retrouver submergé quand la masse de travail s’intensifie mais aussi d’équilibrer son emploi de temps entre travail et loisirs. La promesse de consacrer moins de temps au premier et plus aux seconds est un argument de poids pour les ados !

Pour ce faire, la manière la plus efficace de procéder est de construire un planning toutes les semaines, qui intègre bien sûr les heures de cours et les activités extrascolaires mais aussi les devoirs, les révisions en vue des contrôles à venir et les temps de repos ou de sorties. Vous pouvez accompagner vos adolescents pour les aider à développer un planning réaliste en détaillant avec eux : le temps nécessaire pour réaliser les exercices des différentes matières, le temps à accorder à la révision des devoirs en prenant en compte son aisance dans la matière, le matériel nécessaire (manuel, cours, recherches internet…).

L’idéal est de consacrer des plages de 30 à 45 min environ pour la réalisation des devoirs, en adaptant bien sûr la durée à l’âge. Ce mode de travail court et structuré, qui fait alterner phase d’apprentissage et temps de repos, permet à la fois d’être efficace et de ne pas épuiser ses capacités de concentration. Et il est plus facile de se mettre à ses devoirs quand on sait à l’avance combien de temps ils vont durer : rien de plus décourageant qu’une période de travail à durée indéterminée, qui va s’étirer mollement sans forcément beaucoup de résultats.

Insistez aussi sur l’importance de se fixer à l’avance le temps le plus court possible pour chaque tâche, en lui parlant de la loi de Parkinson publiée par Cyril Northcote Parkinson dans les années 50, suite une observation de la fonction publique britannique. Selon son principe, « le travail s’étale de façon à occuper le temps disponible pour son achèvement ». En clair, cela signifie que plus on a de temps pour faire quelque chose, plus ce « quelque chose » prendra du temps. Par exemple, un élève qui planifie six heures de travail pour faire une dissertation mettra six heures pour la faire, celui qui a prévu deux jours de labeur pour la même dissertation mettre deux jours… C’est pourquoi il est important d’estimer justement le temps nécessaire à l’accomplissement d’une tâche, et de se fixer des limites assez courtes pour tout travail. Cette loi de Parkinson peut s’appliquer à tous les domaines de la vie et elle peut vous permettre, à vous aussi parents, de gagner un temps précieux !

En somme, savoir s’organiser n’est pas une compétence innée, mais bien un savoir-faire que l’on peut développer et améliorer tout au long de la vie, qui nous permet d’être plus méthodique, plus efficace, de rester motivé et de mieux anticiper les échéances stressantes… de quoi réussir sa scolarité et s’épanouir dans sa vie professionnelle !

L'auteur
Aurélie Poulin travaille au sein du département pédagogie d’Acadomia. Experte en psychologie et neurosciences, elle participe à la conception des solutions d’accompagnement proposées à nos élèves pour la réussite de leur scolarité dans le cadre parascolaire.
Laisser un commentaire
Commentaires
*
*

L'auteur
Aurélie Poulin travaille au sein du département pédagogie d’Acadomia. Experte en psychologie et neurosciences, elle participe à la conception des solutions d’accompagnement proposées à nos élèves pour la réussite de leur scolarité dans le cadre parascolaire.

Tags

Articles