Tout savoir sur le choix des spécialités de terminale

Article mis à jour le 29 septembre 2020 - 1 Commentaire(s)
Voici toutes les clés et nos conseils pour faire le bon choix ! 

Depuis la rentrée 2018, les premiers lycéens expérimentent la mise en place progressive de la réforme du baccalauréat : après avoir dû choisir, en seconde, trois enseignements de spécialité pour la classe de première, ils doivent, cette année, sélectionner les deux spécialités qu’ils souhaitent conserver pour la classe de terminale. Voici toutes les clés et nos conseils pour faire le bon choix ! 

QUI ?

Qui sont les élèves concernés ?  

Seuls les élèves actuellement en première générale ont à choisir leurs spécialités de terminale. 

Pour la voie technologique, les deux enseignements de spécialité de terminale sont prédéterminés par la série suivie. Les élèves des premières STMG et STI2D doivent toutefois choisir un enseignement spécifique au sein d’une des deux spécialités au programme : 

  • Terminale STMG : management, sciences de gestion et numérique (avec 1 enseignement spécifique choisi parmi: gestion et finance, mercatique, ressources humaines et communication, systèmes d’information et de gestion), droit et économie. 
  • Terminale STI2D : ingénierie, innovation et développement durable (avec 1 enseignement spécifique choisi parmi: architecture et construction, énergies et environnement, innovation technologique et écoconception, systèmes d’information et numérique), physique-chimie et mathématiques. 
  • Terminale ST2S : chimie, biologie et physiopathologie humaines ; sciences et techniques sanitaires et sociales. 
  • Terminale STL : physique chimie et mathématiques ; biotechnologies ou sciences physiques et chimiques en laboratoire. 
  • Terminale STD2A : analyse et méthodes en design, conception et création en design et métiers d’art. 
  • Terminale STAV (uniquement en lycées agricoles): gestion des ressources et de lalimentation, territoires et technologie.

QUAND ?

À quel moment devrai-je faire le choix de mes spécialités de terminale ? 

La spécialité abandonnée en fin de première fera l’objet, au mois de mai de cette année, d’une épreuve commune de contrôle continu. Chaque élève sera donc invité à communiquer les spécialités qu’il souhaite conserver en terminale par le biais d’une fiche dialogue, en amont du conseil de classe du deuxième trimestre, qui se tiendra entre février et mars et entérinera le choix de l’élève. 

Le conseil de classe peut-il s’opposer à mon choix ? 

Non. Le choix des spécialités conservées ne peut faire l’objet que de simples recommandations de la part du conseil de classe, par exemple si les résultats obtenus dans une spécialité ne semblent plaider en faveur d’une poursuite en terminale. 

QUOI ?

Puis-je changer de spécialité(s) entre la première et la terminale ? 

Non, sauf cas exceptionnel* : il s’agit uniquement de sélectionner, parmi les trois enseignements de spécialité suivis en première générale, les deux que l’on souhaite conserver en terminale ou, par défaut, celui que l’on préfère abandonner. 

* Changer de spécialité reste en théorie possible, si cela est absolument déterminant pour un projet d’études particulier ou en cas de force majeure (par exemple l’impossibilité de poursuivre une spécialité suite à un changement d’établissement). Et même en obtenant l’aval du conseil de classe, intégrer une nouvelle spécialité en terminale suppose de rattraper tout le programme de l’année de première.  

Certaines spécialités deviennent-elles plus difficiles que d’autres en terminale ? 

Tous les programmes de terminale s’inscrivent dans la continuité de l’année précédente et ne devraient pas poser de difficultés à un élève qui n’en aurait pas eu en première. Il est toutefois recommandé de lire le programme des spécialités que l’on envisage de conserver, afin notamment de mesurer l’intérêt que l’on pourra y trouver ou d’en anticiper les exigences 

Tous les programmes des enseignements de spécialité de terminale sont consultables via cette page. 

En quoi consisteront les épreuves finales de spécialité de la voie générale? 

À ce jour, il est difficile de se fonder sur ce critère pour orienter son choix puisque seule la durée des épreuves est connue : 

  • 3h30 d’écrit pour les scialités arts ;biologie et écologie ; numérique et sciences informatiques; physique-chimie + un oral de 30 min pour les arts et 1h à 1h30 de pratique pour les autres spécialités. 
  • 4h d’écrit pour les spécialités histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques; humanités, littérature et philosophie; langues, littératures et cultures étrangères; littératures, langues et cultures de l’antiquité; mathématiques; sciences de l’ingénieur; sciences économiques et sociales (SES). 

COMMENT ? POUR QUOI FAIRE ?

Sur quels critères puis-je m’appuyer pour faire mon choix ? 

Il faut avant tout avoir à l’esprit que les épreuves finales des deux spécialités pèseront lourd à l’examen, puisque chacune sera dotée d’un coefficient de 16: mieux vaut donc, si possible, abandonner la spécialité dans laquelle on a le moins réussi en première. 

Le choix des spécialités se fera aussi en fonction des compétences exigées par les formations post-bac en lien avec le projet d’orientation. La plateforme Parcoursup communique, à compter du mois de décembre, les connaissances et compétences attendues chez les candidats pour chacune des formations proposées : les consulter peut être utile pour affiner son choix. 

Le goût personnel est également à prendre en compte : le volume horaire hebdomadaire de chaque enseignement de spécialité est de 6 heures en terminale, sans compter le travail personnel. Consacrer une grande partie de son temps à une matière que l’on n’apprécie que modérément peut devenir rapidement pesant. 

Y a-t-il des spécialités obligatoires pour accéder à certaines formations ?  

Le ministère de l’Éducation nationale est formel : « Aucune formation ne peut exiger de la part d’un élève une combinaison d’enseignements de spécialité en particulier ou exclure l’examen du dossier d’un lycéen qui aurait choisi tel ou tel enseignement de spécialité. Pour chaque formation supérieure, plusieurs combinaisons d’enseignements de spécialités sont possibles. » Source 

Cependant, si plusieurs combinaisons sont toujours possibles pour une même formation, la présence d’une spécialité précise dans ce duo peut être fortement conseillée voire obligatoire 

Par exemple, si le projet d’orientation concerne 

  • Une CPGE scientifique MPSI ou MPI, une école d’ingénieurs postbac (notamment via les concours Advance, Avenir, GeipiPolytech, Puissance Alpha) = spécialité mathématiques obligatoire + 1 autre spécialité scientifique (physique-chimie ou sciences de l’ingénieur). 
  • Une CPGE scientifique PCSI ou PTSI = spécialité physique-chimie obligatoire + 1 autre spécialité scientifique (mathématiques ou sciences de l’ingénieur). 
  • Une CPGE économique et commerciale, une école de commerce post-bac ou une CPGE lettres et sciences sociales = mathématiques (spécialité ou option) obligatoires. 
  • Le parcours spécifique santé PASS (ex PACES) = spécialité physique-chimie fortement conseillée. 

On peut également consulter l’infographie dynamique proposée par le site l’Étudiant qui indique les spécialités les plus appropriées en fonction de la voie envisagée.  

Comment choisir si je ne sais pas encore (vraiment) quoi faire après le bac ?  

Dans la mesure où le choix des spécialités doit être étroitement lié au projet d’études supérieures, il est important d’éclaircir ce dernier. Pour ce faire, on peut consulter : 

  • Le site Horizon 2021, qui proposera à compter de janvier 2020 de tester les combinaisons de spécialités envisageables en terminale, afin de savoir à quelles formations ou métiers elles peuvent mener. 
  • La plateforme Parcoursup, pour parcourir l’offre de formation dans son ensemble, prendre connaissance des contenus, attendus, débouchés professionnels et critères d’examen des dossiers des formations envisagées. 
  • Ses enseignants, afin d’échanger sur l’année en cours, d’obtenir des conseils sur les spécialités à conserver en priorité et les perspectives d’études envisageables. 
  • Un conseiller dorientation-psychologue de lÉducation nationale afin de bénéficier d’un entretien individuel d’orientation. Le CIO local propose également ce type de consultation, avec ou sans rendez-vous.  
  • Un organisme privé, pour faire un bilan d’orientation individualisé. Cet accompagnement, dépassant largement le simple apport d’informations, permet d’aboutir à l’identification d’un projet personnel motivant. 
L'auteur
Laëtitia Leroy est responsable du service pédagogie Acadomia . Elle conçoit et supervise les solutions d’accompagnement proposées à nos élèves pour la réussite de leur scolarité dans le secondaire, dans le champ disciplinaire comme dans le cadre parascolaire (méthodologie et stratégies d’apprentissages, développement personnel…).
Avez-vous apprécié cet article ?
Please wait...
Merci de noter l'article afin de nous permettre d'améliorer le blog
Laisser un commentaire
Commentaires
*
*

1 Commentaire(s)
  • Christine Le 20 février 2020

    J ai apprécié les liens vers les plateformes

L'auteur
Laëtitia Leroy est responsable du service pédagogie Acadomia . Elle conçoit et supervise les solutions d’accompagnement proposées à nos élèves pour la réussite de leur scolarité dans le secondaire, dans le champ disciplinaire comme dans le cadre parascolaire (méthodologie et stratégies d’apprentissages, développement personnel…).

Tags

Articles