Préparer sa visite à un salon ou à une journée portes ouvertes

Article mis à jour le 15 janvier 2020
Lorsqu’on est en terminale, le passage à un salon de l’orientation ou à une journée « portes ouvertes » est incontournable.

Lorsqu’on est en terminale, le passage à un salon de l’orientation ou à une journée « portes ouvertes » est incontournable. On le sait, ces rendez-vous sont particulièrement importants car ils permettent de confronter une représentation parfois fantasmée d’une formation à la réalité du terrain et ainsi de confirmer (ou non) un choix d’orientation. Mais pas seulement !

Ils sont également utiles pour prendre la température et se rassurer sur le quotidien à venir, découvrir le cadre (vie associative et sportive, logements étudiants, taille de l’établissement,
aspect des salles, etc.), pouvoir témoigner de sa motivation lors d’un oral d’admission ou dans une lettre de motivation, ou encore comprendre les attentes de l’établissement vis-à-vis de ses étudiants pour mieux s’y conformer.

Ce sont ainsi des événements piliers dans le processus du choix d’orientation post-bac. Pourtant, nombreux sont les élèves qui n’en tirent pas pleinement profit car ils s’y sont mal préparés. Voici quelques conseils qui aideront à optimiser ces visites pour éviter d’en faire des parcours du combattant !

Établir son plan d’attaque

Pour commencer, il est important de définir les événements les plus pertinents auxquels se rendre en fonction de ses attentes. Les salons sont nombreux et peuvent en effet être généralistes (salon de l’étudiant, salon du supérieur) ou spécialisés (études en alternance, carrières artistiques, grandes écoles, métiers du tourisme et de l’hôtellerie, etc.). L’idéal est de cibler l’événement correspondant à l’avancement de sa réflexion d’orientation.

Une recherche préalable sur Internet permettra d’anticiper l’événement choisi (les écoles présentes, les conférences disponibles) mais aussi de télécharger une invitation gratuite.

Parallèlement, imprimer ses bulletins peut être d’une grande aide puisqu’il sera alors possible de les présenter sur place et d’obtenir un avis sur ses chances d’admission, voire de bénéficier de conseils sur les réajustements encore possibles à effectuer. Cette démarche permet aussi à certains établissements de repérer sur les salons les candidats les plus motivés.

Baliser le terrain

Les salons de l’orientation sont vastes et les exposants très nombreux : les universités, les IUT, les écoles publiques et privées, les CPGE, etc. viennent y présenter leurs formations. L’abondance de l’offre est telle qu’elle peut dérouter, il est donc nécessaire de cibler ses priorités en amont.

Pour ce faire, il faut idéalement :

• déterminer au maximum trois secteurs d’activité préférentiels (l’architecture, le commerce, le design, la défense, la communication, l’ingénierie, etc.). Sur les salons, les établissements sont en effet regroupés par domaine professionnel et circonscrire ses intérêts permet de ne pas déambuler sans but dans les allées.

• identifier a priori le type de formation le plus en adéquation avec ses aspirations (filières courtes ou longues, formation en alternance ou initiale, enseignement très théorique ou appliqué, etc.) afin d’approcher prioritairement les formations adaptées.

Ce travail préparatoire de balisage est fondamental mais il convient aussi de laisser dans le planning de la journée un petit temps consacré à de l’exploration libre : ce sera l’occasion de découvrir de nouveaux domaines, d’envisager d’autres possibilités de formation, d’interroger ses choix… une démarche qui permettra de confirmer ou d’infirmer ses premières ambitions.

Avez-vous apprécié cet article ?
Please wait...
Merci de noter l'article afin de nous permettre d'améliorer le blog
Laisser un commentaire
Commentaires
*
*

Tags

Articles