Comment aider son enfant dans son orientation ?

25 mai 2021
Voici quelques pistes pour aider votre enfant à trouver – sereinement… – son chemin.

Les grandes étapes de l’orientation scolaire sont des moments importants, pour l’élève comme pour les parents. Et si la question de l’orientation vient se greffer sur un climat scolaire ou familial tendu, la situation peut vite devenir délicate ! Voici quelques pistes pour aider votre enfant à trouver – sereinement… – son chemin.

S’informer

Il est peu probable que votre enfant, au moins avant le lycée, se documente spontanément au sujet des décisions qui émaillent tout parcours scolaire et qui pèseront sur les choix d’orientation à venir. C’est donc aux parents que revient la lourde tâche de démêler cet écheveau. Quelques sites sont susceptibles de les y aider :  le ministère de l’Éducation nationale propose une page qui rassemble des articles et des liens vers des sites d’information à propos de l’orientation, du collège au lycée.

Anticiper

Les difficultés scolaires ou l’anxiété liée à la nécessité de choisir peuvent conduire un élève à différer sans cesse la question de son orientation ; le risque est alors de se retrouver acculé à des choix de dernière minute qui se feront alors par défaut. Aidez votre enfant à anticiper, à envisager une alternative éventuelle. En troisième, si la question de l’orientation en voie professionnelle se pose, il est important de faire l’inventaire précis des formations possibles. En terminale, il ne s’agit pas d’attendre l’ouverture de la plateforme Parcoursup pour se préoccuper des vœux à former : un lycéen doit se documenter dès la seconde pour faire notamment les bons choix de spécialités ou série, puis affiner son projet tout au long de l’année de première ; incitez-le à se rendre dans des salons, à profiter des journées portes-ouvertes et réagissez s’il n’en fait rien.

Aider son enfant à se connaître

Les résultats scolaires, s’ils sont déterminants, ne sont pas le seul critère à prendre en compte. Il s’agit aussi d’accompagner l’enfant dans la découverte de ses talents et de ses goûts, de tout ce qui serait susceptible de lui faire préférer, à notes égales, ce parcours et ce métier plutôt qu’un autre. Discutez avec lui de son inclination pour les expériences concrètes, les nouvelles technologies, soulignez son aisance sociale ou son attirance pour l’action sur le terrain, bref aidez-le à prendre conscience de sa personnalité. D’autres adultes de votre entourage peuvent bien sûr aider votre enfant à mieux se connaître et partant, à s’affirmer. Si l’exercice vous semble difficile, vous pouvez faire appel à des structures spécialisées dans l’orientation pour que votre enfant réalise un test de personnalité, afin de de mettre au jour ses centres d’intérêt majeurs. Acadomia a développé en collaboration avec des psychologues un test en ligne remplissant cette fonction avec fiabilité

Démythifier le monde professionnel

La finalité des choix d’orientation est bien sûr d’opter pour un métier ; essayez de favoriser la découverte du monde professionnel, territoire inconnu et parfois redouté, en dissipant certaines craintes ou a priori : tout d’abord en parlant de votre propre vie active, bien sûr, ou en invitant des proches, passionnés par leur travail, à communiquer leur enthousiasme. Le stage obligatoire de troisième est également à prendre au sérieux : bien préparé et bien conduit, il peut confirmer ou infirmer certaines idées et faciliter ainsi les décisions à venir. Les brochures de l’Onisep, les forums ou encore des témoignages de professionnels peuvent ouvrir le champ des possibles et dessiner un peu plus précisément l’avenir.

Guider sans imposer

Évitez de trop vous mettre à la place de votre enfant : la façon dont vous avez vécu votre propre scolarité, le regard que vous portez sur le monde professionnel peuvent être très éloignés de ce qu’il vit ou vivra. Par ailleurs de nombreux parents pèchent par excès de prudence voire d’inquiétude : évitez donc de doucher systématiquement un enthousiasme naissant pour telle ou telle orientation en brandissant la trop grande sélectivité du cursus, le spectre du chômage, la modestie de la rémunération… Et, bien sûr, si votre fils ou votre fille a la chance de savoir vraiment ce qu’il ou elle veut faire, n’essayez pas de l’en dissuader, quelle que soit la « bonne raison » que vous pensez avoir : en cas d’échec, une réorientation est toujours possible. Et mieux vaut se rendre compte par soi-même que l’on s’est trompé !

Faire appel à des professionnels

Enfin, si le dialogue avec votre ado est trop compliqué, si la question de l’orientation devient trop lourde, n’hésitez pas à faire appel à des professionnels. Vous pouvez tout d’abord vous appuyer sur certains enseignants, en qui votre enfant a plus particulièrement confiance, sur le conseiller d’orientation de l’établissement ou vous rendre au Centre d’information et d’Orientation (C.I.O.) de votre académie. Enfin, des organismes spécialisés dans l’orientation. C’est le cas d’Acadomia qui propose un bilan d’orientation complet pour aider les jeunes à trouver leurs voies, et/ou des rendez-vous personnalisés avec un conseiller professionnel pour les guider dans la réussite de leur projet.

L'auteur
Laëtitia Leroy est responsable du service pédagogie Acadomia . Elle conçoit et supervise les solutions d’accompagnement proposées à nos élèves pour la réussite de leur scolarité dans le secondaire, dans le champ disciplinaire comme dans le cadre parascolaire (méthodologie et stratégies d’apprentissages, développement personnel…).
Avez-vous apprécié cet article ?
Please wait...
Merci de noter l'article afin de nous permettre d'améliorer le blog
Laisser un commentaire
Commentaires
*
*

L'auteur
Laëtitia Leroy est responsable du service pédagogie Acadomia . Elle conçoit et supervise les solutions d’accompagnement proposées à nos élèves pour la réussite de leur scolarité dans le secondaire, dans le champ disciplinaire comme dans le cadre parascolaire (méthodologie et stratégies d’apprentissages, développement personnel…).

Tags

Articles