Qu’est-ce que le double projet ?

Article mis à jour le 10 janvier 2020
Parmi les principes qui régissent la politique du sport de haut niveau en France, celui de l’organisation de la double formation sportive et scolaire des sportifs, occupe une place centrale.

Parmi les principes qui régissent la politique du sport de haut niveau en France, celui de l’organisation de la double formation sportive et scolaire des sportifs, occupe une place centrale. Ce double projet, qui se construit tout au long de la carrière sportive, vise à permettre aux athlètes de disposer, à l’heure de leur retraite sportive, d’un emploi qualifiant ou d’une formation pour effectuer des études supérieures. 

Le double projet permet donc de concilier sport et études, de ne plus avoir à choisir entre passion et apprentissage éducatif et professionnel, et de trouver un réel équilibre entre les 2. L’objectif étant de ne plus subir la scolarité ou la formation comme un enjeu incompatible avec la pratique extra-scolaire. 

L’INSEP définit le double projet comme la « recherche de l’excellence sportive et de la réussite scolaire, universitaire et professionnelle du sportif ». Elle repose sur l’idée selon laquelle la performance sportive doit être compatible avec la poursuite d’une formation parallèle. 

Le double projet est une exigence de notre société à l’égard de ses champions et futurs champions, pour ne pas sacrifier ceux qui ne disposent pas du capital social et culturel suffisant pour se projeter dans l’après-vie sportive et permettre à des enfants de toutes catégories socio-professionnelles de s’engager librement, sans crainte, dans la voie de l’excellence sportive. 

À titre d’exemple : 50 à 60% des apprentis footballeurs appartiennent à des catégories socio-professionnelles ouvriers et employés. Notons par ailleurs que 50% des joueurs passant 2 ans dans un « Pôle Espoir » échouent à entrer dans un centre de formation de club. Parmi ceux qui y parviennent, seuls 20% obtiennent un contrat professionnel. 

Les deux niveaux professionnels (ligue 1 et 2) n’absorbent qu’environ 75 apprentis issus des centres de formation sur les 250 qui entrent en formation chaque année. 

Seuls 2 à 4 apprentis sur 10 deviennent joueurs professionnels. 

Il y a donc urgence et importance à développer des structures permettant de garantir un accompagnement éducatif à plus de jeunes sportifs  

Avez-vous apprécié cet article ?
Please wait...
Merci de noter l'article afin de nous permettre d'améliorer le blog
Laisser un commentaire
Commentaires
*
*

Tags

Articles